Rentrée littéraire #2 : ce que je mets dans mon panier

Vous connaissez le topo : 589 ouvrages contre 607 l’an dernier. Arrêtons-nous quelques minutes sur ce constat. J’exagère à peine en disant que je lis un peu partout dans la presse que l’on ne peut que se réjouir de cet écart monumental – que dis-je prodigieux ! – par rapport au nombre de romans publiés l’an passé, qui devrait ENFIN nous permettre de séparer le bon grain de l’ivraie et de cueillir, parmi ces 589 ouvrages, la fine fleur de la littérature du moment…

Bon, alors personnellement j’y mets beaucoup de bonne volonté mais, quoique très reconnaissante qu’il y ait 18 romans d’écart par rapport à l’an dernier, pour avaler 589 bouquins en un an il va quand même falloir que j’explique à mon patron pourquoi je suis obligée de prendre un congé sabbatique là, tout de suite maintenant, sans autre forme de procès. En septembre 2015, après « j’ai piscine », votre nouvelle excuse « j’ai rentrée littéraire » ? Disons simplement qu’il va falloir lire 1,61 livre par jour d’ici l’année prochaine. Arrêtez tout de suite de me lire, vous perdez du temps !!!

Bref, comme vous et moi n’allons pas pouvoir nous extraire purement et simplement de la société jusqu’à l’année prochaine, il va falloir faire un tri. J’ai glané ici et là quelques informations sur ce cru 2015 et, d’après mes goûts tout à fait personnels, tout en précisant bien QUE JE NE LES AI PAS ENCORE LUS !, voici ce que je mets dans mon panier pour cette rentrée littéraire.

Apres-histoire-vraie-delphine-vigan

  • D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

Pourquoi ? Après avoir dévoré No et moi, Les heures souterraines et Rien ne s’oppose à la nuit, j’ai le sentiment de pouvoir faire toute confiance à cette auteure de talent qui manie épopée familiale et souvenirs comme Cyrano manie épée et poésie : avec maestria !

L’histoire en trois mots ? L’auteure y met en scène son double, Delphine, écrivain, en plein doute après la publication et l’immense succès de son dernier roman consacré à sa mère et aux prises avec une nouvelle amie qui peu à peu la domine. Les critiques parlent d’un objet littéraire qui questionne la forme romanesque même, qui balance entre réel et fiction jusqu’au vertige.

pays-ptit-nicolas-fargues

  • Au pays du p’tit de Nicolas Fargues

Pourquoi ? Ayant A-DO-RÉ J’étais derrière toi, du même auteur, et étant restée perplexe devant La ligne de courtoisie, je cherche à renouer d’amitié avec Nicolas Fargues. Il paraît qu’on rit beaucoup de cette critique acerbe de « l’étroitesse française » et de la « lâcheté masculine » et qu’à bien des égards l’auteur tape en plein dans le mille. 230 pages dans la peau d’un narrateur arrogant et misanthrope ? Même pas peur !

L’histoire en trois mots ? Romain Ruyssen, sociologue, « jeune vieux con de 44 ans », achève de publier un essai anti-français et en fait la promotion à l’étranger, profitant de ses voyages pour détester encore plus la France et faire souffrir quelques femmes par ci par là.

interieur-nuit-marisha-pessl

  • Intérieur nuit de Marisha Pessl

Pourquoi ? Je ne connais pas cette auteure, mais je me suis laissé purement et simplement conquérir par cette critique de Charlotte Pons pour le Point. Thriller, humour (noir), personnages attachants, intrigue, rebondissements, fantastique, … Tout y est, BANCO !

L’histoire en trois mots ? Une jeune femme est retrouvée morte dans un entrepôt abandonné. D’après la police, il s’agit d’un suicide, mais Scott McGrath, journaliste d’investigation obsédé par le père de cette jeune femme, un réalisateur de films d’horreur, n’y croit pas une seconde. Dans cette quête de la vérité sur la famille du réalisateur et sur la mort de la jeune femme, McGrath risque tout.

7-tristan-garcia

  • 7 de Tristan Garcia

Pourquoi ? Je suis très curieuse de découvrir cet objet un peu étrange composé par cet auteur que je ne connais pas encore : « 7 » pour sept histoires, sept vies, des récits qui ne sont pas vraiment des nouvelles, pas vraiment des contes, pas vraiment des chapitres et qui semblent dresser le nouveau portrait de l’homme contemporain. Je me laisse tenter !

L’histoire en trois mots ? Sept « romans miniatures » dans lesquels il est question de drogue, de musique, de beauté, de militantisme politique, d’extraterrestre, de religion et d’immortalité.

coeur-probleme-christian-oster

  • Le cœur du problème de Christian Oster

Pourquoi ? Je suis conquise par l’extrait présenté par Le Point. On sent une profusion dans la composition des phrases, une élégance dans le choix des mots et des temps. Il ne m’en faut pas plus pour me laisser convaincre. Et puis un roman qui n’est pas un polar mais qui pourrait l’être. Décidément je fonce !

L’histoire en trois mots ? « Simon, le narrateur, rentre chez lui et trouve un homme mort, étendu au pied de la mezzanine dont la balustrade a cédé. Sa compagne est à l’étage, muette, dans un bain. Elle ne répond pas à ses questions, sort de la baignoire, quitte la maison sans plus d’explication. Simon est donc seul, face au cadavre et aux décisions qu’il doit prendre. Celles-ci le mènent jusqu’à Henri, un gendarme à la retraite qui rapidement entre dans sa vie, s’y impose, s’y installe, en inspecte les contours – bizarrement amical, inquisiteur. » (source).

Qui m’aime me suive ! (… OK… personne… je vois… je prends note, ça se paiera… !) Bonne lecture les amis et surtout dites moi si vous avez déjà jeté votre dévolu sur l’un des 589 petits nouveaux de cette rentrée littéraire 2015 !

Librairie Grangier Dijon

Publicités

9 réflexions sur “Rentrée littéraire #2 : ce que je mets dans mon panier

  1. Je suivrai sans peine Delphine de Vigan, pour les autres, même si leurs minois sont tentants ( comment, on ne juge pas une oeuvre au physique de son auteur ??? ) je me tâte…là, je lis  » la Fiancée américaine  » d’Eric Dupont…c’est un pavé bien prenant.

    J'aime

      1. C’est un peu déroutant au début, c’est dense et bien écrit. Les personnages sont tous un peu félés, c’est peut être pour ça que ça me plait…

        Aimé par 1 personne

  2. J’hésite entre le livre de Nicolas Fargues pour savoir comment les deux thèmes sont traités et le « Cœur du problème » qui m’intrigue beaucoup.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s